Création de l’Institut du cheval et des arts équestres japonais

Septembre 2020, l’Institut est créé sous l’impulsion de Carlos Pereira, écuyer et enseignant-chercheur, maître de conférences à Paris 3 Sorbonne-Nouvelle.

Depuis 2014, Carlos Pereira collabore en tant que chercheur associé à l’université de Kyoto. Cette collaboration a permis un grand nombre de choses et notamment la création d’une nouvelle discipline scientifique : l’équinologie. Cette branche de la zoologie s’intéresse à l’ensemble des études sur les équidés et son approche se distingue par ses trois axes d’études : études en milieu naturel, études en laboratoire et études en interaction avec l’humain.

Suite aux nombreux échanges et voyages entre la France et le Japon effectué par Carlos Pereira mais aussi ses élèves et ses collaborateurs il devenait évident qu’il fallait mettre en place une structure permettant de mettre en avant les différents aspects de la culture du cheval au Japon. Une culture qui tant en France qu’au Japon reste discrète au niveau scientifique, artistique ou religieux alors que cette culture est loin d’être inexistante. Construit sur le modèle de son grand-frère l’Institut du cheval et de l’équitation portugaise, l’ICAEJ a pour objectif principal d’œuvrer à la promotion et à la conservation des chevaux et pratiques équestres d’origine japonaise.

L’équipe de l’ICAEJ, principalement franco-japonaise, est constituée de chercheur.e.s, d’étudiant.e.s, de cavalier.e.s, d’artistes passionnés de chevaux.

Malgré le contexte difficile infligé par la crise sanitaire et nous privant pour un temps de voyager nous sommes tou.t.e.s motivé.e.s à aller de l’avant en créant de nouveaux ponts d’échanges. Qu’il en soit ainsi pour l’ICAEJ le plus longtemps possible.

Carlos Pereira, Barbara Ryckewaert, Kazumi Cartan,
Haruka Shioiri et Yann Giordmaïna.